Merry Christmas – Des nouvelles d'outre-Atlantique

Merry Christmas – Des nouvelles d’outre-Atlantique

« Merry Christmas ! », un titre qui débute en anglais, et où l’on y nomme des contrées lointaines… venant de voyageurs au long cours, nul doute que la nouvelle fait référence à leur présence aux USA ou au Canada. Pourtant, que nenni. Nous nous enracinons à nouveau dans les terres de France – un peu boueuses à cette période.

Merry Christmas – Des nouvelles d'outre-Atlantique

Le début de la fin ?

Après un long silence… très long silence… trop long silence… l’annonce de nouvelles pourrait se vouloir de mauvais augure. Malheur sur l’imprudent messager en tel cas. Fort heureusement, l’emploi du conditionnel me sauve des inconditionnels de mes écrits.

Au crépuscule d’une année qui se termine, l’aube du renouveau apporte la lumière sur une longue absence.

Un vent de renouveau

Un projet ambitieux nous a porté de longs mois, et nous porte encore. Un projet fou, un projet fantastique.

Dans notre sillage heureusement le plus dur est passé, même si les mois se commutent bientôt en années.

Depuis la dernière publication sur ce merveilleux site, nous sommes partis à l’aventure, toutes voiles dehors. Une aventure fantastique où nous avons découvert une terra incognita. Nous n’y avons fait qu’une seule rencontre, mais quelle rencontre.

Une petite communauté de 3 personnes s’est constituée pour s’aventurer sur les terres immenses du savoir. Une équipe qui aurait pu ne jamais voir le jour sans une aide précieuse.

Comme toute aventure qui se respecte, nous n’avons pas mesuré l’ampleur de la tâche qui nous attendait ni des difficultés à surmonter. Nous sommes partis la fleur au fusil, poussés par un vent de renouveau.

La première des difficultés nous a été épargnée, celle du financement. Nous avions rêvé d’auto-financement, mais la réalité se fondait en cauchemar.

Un mécène providentiel

Alors est arrivé le mécène, attendu tel le Messie.

Mon plus grand fan, soutient inconditionnel de mes aventures littéraires, est arrivé un jour en jetant à ma vue, tel un pavé dans la mare, la traduction du premier opus des nouvelles fantastiques. Traduction dans la langue du fameux Shakespeare – qui succomba de ne pouvoir reprendre sa respiration.

L’idée était bonne, mais la traduction mauvaise. Les intelligences artificielles ne traduisent toujours que leur manque de discernement. Les romans générés automatiquement, promis depuis quelques années, n’existent que dans les rêves de visionnaires à la vue courte et à l’optimisme trop exalté.

Qu’importe, deux esprits venaient de rentrer en conjonction. L’idée n’était pas nouvelle pour moi, seul point de sortie salutaire pour espérer un jour gagner sa vie de l’écriture sans passer sa vie sur les routes de France à faire de l’auto-promotion pour quelques cacahuètes.

Papa Noël

Père noel – article Merry Christmas – Des nouvelles d'outre-Atlantique

Vous l’aurez peut-être compris, c’est donc au nom du père que le fils saint d’esprit s’est mis à transcender son écriture pour l’élever dans une autre langue.

Grâce à ce soutien inespéré et indéfectible qui a tenu contre vents et marées, cette aventure a pu démarrer sur de bonnes bases et se dérouler dans de bonnes conditions.

Merci papa 🙂

Un parcours semé de bûches (pour rester de saison)

Pourtant tout n’a pas été facile. Il a fallu tout reprendre de zéro. Faire Tabula rasa.

Les premières pré-traductions faites par Claudia et moi-même (Sébastien pour ceux qui n’auraient pas suivi !?) ont été enfantées dans la douleur. Les premières séances de correction avec Olivia notre jeune traductrice-interprète n’ont pas été faciles non plus.

Tout le monde a dû trouver ses marques. Ce n’est qu’avec le temps, et les phrases s’accumulant que nous avons appris à nous connaître, et à mieux savoir ce que chacun pouvait attendre de l’autre.

Que le temps passe !

En règle générale, par temps de paix, il vaut mieux éviter de se faire du mauvais sang.

Pour avancer au plus vite sur les traductions, nous n’avons pas pris le temps de rendre public les textes, jusque-là. Car un texte « fini » nécessite encore de nombreuses heures de travail. Aujourd’hui, nous remédions à ce problème, au détriment des traductions qui restent à faire, même si nous apercevons la sortie du tunnel.

Mais que cela fait du bien de voir l’aboutissement de tous ces investissements en temps et en argent. Et ce ne sont pas les autres participants à cette aventure qui me contrediront.

Une nouvelle nouvelle

Nouvelle langue, nouvelle couverture, nouveau prix.

Une nouvelle couverture

Pour ne pas faire du réchauffé à 100%, nous avons apporté une petite modification à la couverture. Je vous laisse découvrir.

Couvertures des livres Flying fists et à bras raccourcis

Un nouveau prix aussi

Les tarifs des différentes nouvelles, y compris celle-ci ont été revus à la hausse. De gratuit pour le premier numéro, nous passons à 0,99 €. Et les autres nouvelles de suivre un chemin similaire en passant à 2,99 €. Seules les versions numériques sont touchées par cette modification.

Où trouver cette nouvelle merveille ?

Ici : Flying fists sur Amazon.com

ou là : Flying fists sur Amazon.fr

Dans un souci de simplicité, d’efficience, il n’est pas prévu de publier cette nouvelle ailleurs que sur Amazon. Ce qui nous permet d’essayer le programme KDP Select que nous voulions essayer depuis longtemps, mais qui ne nous était pas rendu accessible jusque-là car nécessitant l’octroi d’une exclusivité minimale de 3 mois.

Où trouver les anciennes merveilles ?

Fantastiques Nouvelles : Nouvelles courtes de fantastique

Extraits

Vous êtes pressés de découvrir le résultat de ce bijou ? Cela coule de source, alors voici quelques extraits de la sève dont se nourrit cette histoire.

L’accroche

There are places in the forest where it is best not to stop to rest or picnic.

The wolf has been reintroduced into the forest and worries the hikers. And yet there are far more dangerous things that they should be wary of. The forest watches the hikers, playing around with them before allowing them right of way at a high price.

Some unlucky hikers will discover to their misfortune that not everything that has arms and eyes is human. There are no zombies here, but what else might there be?

You won’t look at the forest in the same way on your next stroll.

Des émotions

De la tension

– I don’t know if it’s the same for you, but sometimes I feel like I’m being watched. It freaks me out.

De la tendresse

– Come here little scaredy-cat.
She draws him close to her and kisses him.

 

De l’humour

– Do you think it’s the wolf playing the drums?

Toujours de l’humour

– What are you afraid of?

– I don’t know. But I can’t be the only one. Can you explain why nobody walks through the forest in the evening?

– Because they’re just as chicken as you.

Les forces en présence

Des forces mystérieuses

The ground, carpeted with leaves, hisses as dozens of plumes of dark smoke are released into the air. The dark masses reassemble, floating one meter above the ground. The multitude of voices whispers a complaint.

suffering… for a long time…

Des membres affamés

Several dozens of arms, darkened by the soil, rise from the carpet of dead leaves. They grow like mushrooms. The leaves kicked up by the arms spiral in every direction like confetti.

Des yeux enragés

She finds herself facing hundreds of enraged eyes, paying close attention to her every movement

Piqûre de rappel

Piqûre de rappel – article Merry Christmas – Des nouvelles d'outre-Atlantique

Vous pouvez acheter un exemplaire numérique de cette nouvelle ici : Flying fists sur Amazon.com ou là : Flying fists sur Amazon.fr

Bonne lecture et Merry Christmas.

Le mot de la fin

Don’t miss out on the release of the next short story: At knifepoint

And watch your steps…