Stephen King - Exercice de réécriture

Jeu de réécriture Stephen King

À l’occasion du Ray’s Day je me lance dans un exercice que je renouvellerai régulièrement.

L’idée est simple, prendre un extrait de livre et le réécrire avec mon style, en gardant le sens d’origine, et regarder ce que cela donne.

C’est la partie où je m’amuse.
Là où vous pouvez jouer à votre tour, c’est en essayant de deviner quel est le livre et l’auteur que j’ai repris.

S’enchaînant, vous trouverez le texte réécrit, puis le texte d’origine, et enfin l’ouvrage et l’auteur dont il est question. Trouverez-vous de qui et quoi il s’agît avant d’arriver en bas de page ?

Pour l’inauguration, j’ai choisi un de mes auteurs préférés. J’espère que les fans ne s’offusqueront pas.

Texte réécrit

La rive d’en face était dissimulée à la vue dans sa totalité. Après toutes ces années à contempler le lac, je pouvais la situer sans peine. Je me l’imaginais, pas très loin dans la brume, cachée quelques mètres derrière.

La ligne de brume était rectiligne, comme tracée avec soin à la règle.

Petit Paul était dans l’eau jusqu’aux genoux. Il tentait de ramener à lui le drapeau détrempé, alourdi par l’eau. Il pointa du doigt l’étrange nappe de brouillard en criant.
– Qu’est-ce que c’est, papa ?
– Une nappe de brouillard.
– Sur le lac ? dit Stef.
Dans ses yeux, je lisais la déplaisante influence de Mme Carmoisie. Maudite sorcière.

Le malaise que j’avais moi aussi ressenti se dissipait peu à peu. Ce n’était qu’un rêve après tout, irréel, impalpable comme la brume.
– Qu’est-ce qui t’étonne ? Ce n’est pas la première fois que l’on voit du brouillard sur le lac.
– Comme ça ? Si. Cela ressemble à un mur de vapeur tiré au cordeau. Il y a un côté presque surnaturel.

Texte d’origine

La rive d’en face était entièrement escamotée, mais tant d’années passées à contempler Long Lake me donnaient à croire qu’elle n’était pas très loin dans la brume ; quelques mètres seulement peut-être.

La ligne de brume était parfaitement rectiligne.
– Qu’est-ce que c’est, papa ? cria Billy.
Il était dans l’eau jusqu’aux genoux et tentait d’attraper le drapeau alourdi d’eau.
– Une nappe de brouillard, dis-je.
– Sur le lac ? s’étonna Steff et je lus dans ses yeux l’influence de Mme Carmody.
Maudite bonne femme. Le malaise que j’avais moi-même ressenti pendant quelques instants passait peu à peu. Les rêves, après tout, sont irréels, impalpables comme la brume elle-même.
– Pourquoi pas ? Ça n’est pas la première fois qu’on voit du brouillard sur le lac.
– Jamais comme ça. On dirait plutôt un nuage.

Crédits

Image d’en-tête réalisée à partir d’une image de Stephen King :
« Stephen King, Comicon » par « Pinguino » — « Pinguino’s » flickr account. Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons.